8e Conférence Annuelle d’Euro-ISME 2018

Implications éthiques

des technologies émergentes sur la Guerre

Réservez les dates et envoyez vos contributions

Lieu : École d’Infanterie de Tolède (Espagne) / Dates : du 13 au 16 Mai 2018

Thème: Implications éthiques des technologies émergentes sur la Guerre

La nature de la guerre et des conflits change aujourd’hui rapidement, ce qui entraîne de nombreux défis éthiques et des dilemmes juridiques. Depuis des temps immémoriaux, la forme de la Guerre a toujours été de toute évidence en évolution. Les inventions de la lance, des engins de siège, de la poudre, du mousquet, du fusil à répétition, de la mitrailleuse, du char et de l’avion, marquent quelques tournants majeurs dans ce domaine.

Mais, vivons nous actuellement un de ces changements, ou observons nous quelque chose de radicalement différent? Lors de sa conférence annuelle en 2018, à Tolède en Espagne, Euro-ISME étudiera ces questions importantes, avec un regard particulier sur trois points essentiels :

Technologie

Si le drone (armé ou pas) occupe le devant de la scène médiatique, les nouvelles technologies vont bien au-delà de cet “oeil dans le ciel”. Les systèmes d’armes autonomes et semi autonomes seront bientôt opérationnels et l’intelligence artificielle n’est plus de la pure science-fiction. Ces nouvelles technologies incluent aussi des systèmes de recueil du renseignement et de surveillance des communications plus sophistiqués, de même qu’une large gamme de techniques dans le domaine de la «Cyber Guerre».

Considérations éthiques et juridiques

Le Droit des Conflits armés actuel, les conventions de Genève et la théorie de la Guerre Juste s’appuient sur deux considérations essentielles. Tout d’abord, les actions militaires, sur lesquelles ce corpus doctrinal et juridique a été élaboré, comportaient toujours, jusqu’à aujourd’hui, une intervention humaine – l’appareil de guerre étant inanimé et ne pouvant avoir un effet que par un apport humain. Ensuite, la guerre était essentiellement une activité “ cinétique », impliquant des projectiles, ou des équipements qui sont des produits d’une force physique. En revanche, ces cadres juridiques et éthiques apparaissent maintenant peu adaptés à l’ère du “Cyber”, de la guerre hybride, du terrorisme et des acteurs non étatiques ? A quel point donc sommes nous concernés par tout cela – à la fois dans le « jus ad bellum » et dans le « jus in bello ?

Est-ce que les technologies émergentes militaires changent la nature des relations entre civils et militaires?

La nature des relations entre la société civile et les militaires n’est pas à l’abri du changement de nature sismique de l’environnement dans lequel nous interagissons tous. La manière dont les personnes sont socialement en relation les unes avec les autres a été transformée par l’usage quasi universel, des communications modernes en général, et des réseaux sociaux en particulier.

Dans le passé, la “Guerre” signifiait des attaques armées, des invasions et la disposition permanente de considérables forces armées prêtes à l’emploi. Ce modèle présentait des risques physiques, politiques et économiques. Mais, par exemple, la propagande « cyber », que ce soit pour chercher de nouvelles recrues ou pour influencer des élections, est beaucoup moins risquée. Les fausses informations (« les fameuses « fake news »), dont on ne peut tracer les sources, peuvent être un outil efficace pour faire changer d’avis des populations, avant, pendant et après un conflit. Clausewitz avait vu cela quand il a identifié la volonté d’un peuple comme faisant partie des trois facteurs nécessaires pour gagner la Guerre. Aujourd’hui, une seule annonce – vérifiée ou pas – peut dramatiquement faire évoluer une opinion publique.

La question est de plus compliquée par la militarisation des forces de police, l’emploi des moyens des agences de renseignement pour engager un ennemi et effectuer des frappes ciblées de neutralisation de personnes («targeted killings”), en utilisant des moyens militaires ou de toute autre nature

Pris ensemble, ces sujets soulèvent la question de savoir si l’éthique actuelle reste pertinente dans les conflits modernes et si elle peut exercer une influence positive sur ces derniers.

Venez nous rejoindre à Tolède et apportez vos contributions à ce débat essentiel !

Pour avoir plus de renseignements, contactez Mme. Ivana Gošić, admin@euroisme.eu ou revisitez ce site www.euroisme.eu